LAISSEZ LES GRANDIR ICI ! HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN, ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION !

mardi 5 juin 2007

Du 13 au 30 juin, le Réseau Education Sans Frontières se fait entendre haut et fort dans toute la France.

INITIATIVES SUR LES ECOLES

RASSEMBLEMENT MERCREDI 13 JUIN

A PARTIR DE 15H

Allées Franklin Roosevelt, M° Jean Jaurès JPEG - 2.5 ko

Depuis bientôt trois ans le Réseau Education Sans Frontières (RESF) continue de se développer dans toute la France : de Lille à Marseille, de Strasbourg à Toulouse, apportant son soutien aux familles sans papiers d’enfants scolarisés.

La mobilisation ne s’arrêtera pas tant que nos voisins étrangers ne seront pas reconnus pour ce qu’ils sont : dans nos écoles, des élèves et des parents comme les autres, dans nos quartiers des habitants et non des suspects, dans les entreprises des collègues.

Aujourd’hui encore, des menaces répétées visent les familles en attente de régularisation mais aussi leurs soutiens, des tentatives d’expulsion visent à engendrer la peur.

Aujourd’hui, plus que jamais, une solidarité de tous les instants s’installe. Les initiatives de soutien se multiplient devant les commissariats, dans les écoles, dans les tribunaux, dans les ports et les aéroports, dans nos quartiers. Ces actions, intenses et variées, menées avec la même énergie que celle que nous employons à élever nos enfants, aider nos amis, faire de belles choses, ont souvent pu mettre un frein à l’injustice qui frappe nos voisins.

Car c’est bien une injustice de faire d’une partie de la population un bouc émissaire et de la harceler. Non, il n’y a pas de "problème" de l’immigration dans un pays qui accueille des immigrants de façon continue depuis plus d’un siècle. Il y a des problèmes bien réels, dans le monde et ici, de pauvreté, de manque de droits, d’inégalités. C’est pour les cacher qu’on invente ce "problème de l’immigration" ; l’État a déjà déployé pour ce faire des efforts considérables, en propagande, en moyens policiers, et son chef actuel nous dit qu’il va en faire encore plus !

Face à cette chasse inutile, coûteuse et surtout injuste, nous continuons notre combat solidaire. Le monde de l’école persistera tranquillement à défendre ses valeurs : le droit à l’éducation pour tous bien sûr, et, au-delà, la liberté (de fuir le désespoir ou la guerre, de circuler), l’égalité (quelle que soit son origine), la fraternité.

Dans nos quartiers, les établissements scolaires resteront ces tremplins de la solidarité, qui placent la justice au dessus des lois ou décrets de circonstance qui bafouent les textes de défense des droits de l’Homme et de l’Enfant ratifiés par la France.

Sans papiers, mais pas sans amis car nous continuons à être présents tous les jours à leurs côtés. Du 13 au 30 juin nous le dirons haut et fort dans la France entière.

REJOIGNEZ LE RÉSEAU ÉDUCATION SANS FRONTIÈRES !

A Toulouse comme ailleurs des enseignants, des parents d’élèves, des citoyens, des élus, soutenus par des associations, des syndicats, se sont insurgés devant le sort fait aux enfants et à leurs familles sans papier devant le risque qu’on vienne les chercher jusque devant leurs écoles.

Depuis deux ans nous les avons protégés, plus de 140 familles ont eu des parrains, élus, artistes, universitaires, citoyens, lors de cérémonies de parrainages dans différentes mairies de l’agglomération toulousaine. L’été dernier, avec l’appui du RESF des enfants sont partis en vacances, certains pour la première fois, à l’abri avec leurs copines et leurs copains.

A la rentrée nous étions présents dans les écoles pour les accueillir, ils étaient tous là !

Nous les avons accompagnés quand certains ont été jetés à la rue. Nous avons occupé avec eux la place du Capitole et nous avons réussi à ce qu’ils soient relogés.

Cette année, nous avons été mobilisés à chaque tentative de la préfecture pour les arrêter et les expulser.

Nous nous sommes battus, nous avons désobéi... et nous avons beaucoup gagné. Nous n’avons pas lâché.

Aujourd’hui, plus que jamais, le danger est présent. Il y a quelques jours, trois familles ont été arrêtées à Toulouse au petit matin. Quatre petites filles ont été placées en centre de rétention, privées de liberté. Devant notre mobilisation la préfecture a cherché à les éloigner ; deux familles ont été envoyées à Marseille et à Lyon. Là aussi le réseau était présent pour affirmer son soutien et résister à leur expulsion.

A l’évidence, ces arrestations marquent la volonté affichée d’intensifier la répression contre ces familles à l’approche de la fin de l’année scolaire.

Pour qu’ils grandissent ici, pour qu’ils restent parmi nous, parce que leurs droits sont nos droits, restons mobilisés.

Pour rejoindre le RESF et participer à ses actions, contactez resf31@abri.org


Documents joints

PDF - 13.1 ko
PDF - 13.1 ko

Agenda

<<

2018

>>

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456

Brèves

26 septembre - Rassemblement sur le parvis du collège Berthelot

Jeudi 26 septembre à 17h, dans le cadre de la campagne Un Toit Pour Apprendre et avec le soutien (...)

17 septembre - Réunion des Etats Généraux des Migrations 31

MARDI 24 septembre à la Bourse du Travail – 18 heures

3 septembre - Venez soutenir dans le calme et la dignité la famille A.N. qui passe au Tribunal Administratif le jeudi 5 septembre 2019 à 14h30, 68 rue Raymond IV

Mme A.N. est convoquée au tribunal administratif et risque de voir sa présence en France depuis (...)

17 juin - Soutien à la famille D. Tribunal administratif, 18 juin, 14h30

La famille D, et leur 4 enfants dont 2 sont scolarisés à l’école Monge et leurs deux derniers nés (...)

23 avril - Danses et chants des jeunes tsiganes de Slovaquie

Terre solidaire / CCFD Jeudi 16 mai en soirée, Salle Ernest Renan 5 chemin d’Audibert Dans le (...)