Faute morale

jeudi 6 juillet 2006

Le Monde du 06/07/06

C’est une bien étrange image d’elle-même que la France donne aujourd’hui. D’un côté, comme en 1998, un peuple tout entier vibre au diapason de son équipe de football qui dans le Mondial représente la France dans toute sa diversité ethnique et culturelle. Comme le soulignait récemment Lilian Thuram, le défenseur central des Bleus, en réponse à un Jean-Marie Le Pen qui trouvait "exagérée la proportion de joueurs de couleur", en France "les gens fêtent les joueurs français sans se poser la question de savoir s’ils sont noirs ou pas". Mais dans les tréfonds de cette belle France multicolore se joue un drame autour d’enfants scolarisés sans papiers menacés d’expulsion, soit quelque 4 000 familles et près de 10 000 personnes.

Depuis le 3 juillet, et jusqu’au 15 août, les préfectures vont examiner, au cas par cas, les demandes de régularisation des parents sans papiers d’enfants scolarisés. Le 13 juin, dans une circulaire aux préfets, Nicolas Sarkozy avait énoncé six critères nécessaires à une régularisation, parmi lesquels la "scolarisation effective" depuis septembre 2005, la naissance en France ou l’arrivée des enfants avant l’âge de 13 ans, l’absence de lien entre l’enfant et le pays dont il a la nationalité, ainsi que la "réelle volonté d’intégration" des familles. Une circulaire qualifiée d’"humaine" et "généreuse" par Arno Klarsfeld, le médiateur nommé par M. Sarkozy.

Dans cette France où l’enracinement des idées racistes du Front national se poursuit, un réel mouvement de solidarité s’est développé. A l’initiative de la Ligue des droits de l’homme, de nombreuses personnalités du monde politique, artistique et culturel ont signé un texte exprimant leur "nausée devant la multiplication de ces situations où des enfants, des adolescents sont les premières victimes d’une politique devenue folle". "Lorsque la loi viole des principes aussi élémentaires, c’est notre devoir de citoyens, notre devoir de conscience de ne pas s’y plier", ont-ils ajouté. Des syndicats et des Eglises se sont indignés de cette "chasse à l’enfant", et les parrainages de sans-papiers se sont multipliés.

Aucun principe, aucune loi ne peuvent conduire un pays attaché aux droits de l’homme à imaginer expulser des enfants en cours de scolarité qui, même si leurs parents sont sans papiers, n’ont pas d’autre pays que la France. Il s’agit d’une faute morale et d’une erreur politique. En 1994, en Californie, l’adoption de la proposition 187 prétendait exclure de leurs écoles 300 000 enfants de sans-papiers. La mobilisation de l’opinion avait conduit les tribunaux à invalider cette loi. On peut espérer qu’en France le mouvement en cours permettra d’arriver au même résultat. Sans oublier qu’il ne s’agit que de la partie visible du problème et que la nouvelle loi Sarkozy sur l’immigration risque, demain, d’être une nouvelle fabrique de sans-papiers.

Article paru dans l’édition du 06.07.06


Agenda

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123

Brèves

18 décembre 2018 - Rassemblement de soutien à la Case de santé

A 14 heures, jeudi 20 décembre voir l’appel dans les articles

3 décembre 2018 - DES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET LEURS ENFANTS A LA RUE LA MOBILISATION CONTINUE !

Communiqué de Presse Du collectif « Le camp des femmes » Femmes unies, toutes à l’abri ! DES (...)

3 décembre 2018 - Hébergement d’urgence, mobilisation le 4 décembre !

A l’appel de nombreuses associations, manifestation à 14 heures

26 novembre 2018 - appel à soutien

APPEL A SOUTIEN Madame Héléna T ,dont les deux enfants sont scolarisés à l’école Jean Jaurès et (...)

21 novembre 2018 -  Quelle part assure l’Europe dans l’accueil des migrant-es ?

La LDH de Toulouse vous invite à une réunion-débat qu’elle organise à l’occasion de sa réunion de (...)