Une mère de famille tente de mettre fin à ses jours au Centre de Rétention de Cornebarrieu

jeudi 31 août 2006

La famille Yilmaz, un couple et leur fille Olivia (1 ans), kurdes de Turquie, est arrivée en France le 9 mai 2005.

M. Yilmaz, militant pour les droits de l’homme et membre du parti kurde HADEP (devenu DEHAP), a été arrêté à maintes reprises, torturé, et jugé. Fonctionnaire à la faculté d’Ankara, M. Yilmaz a été licencié du fait de ses activités politiques. L’engagement actif de sa soeur au PKK jusqu’à sa mort en 1990 motive les persécutions sur la famille. Son père est régulièrement menacé. Cinq de ses frères ont obtenu le statut de réfugiés en Grande Bretagne. Mme Yilmaz n’a aucun contact avec ses parents restés à Istambul ; sa tante a le statut de réfugié depuis 1998, elle vit à Strasbourg.

M. et Mme Yilmaz ont demandé le statut de réfugié à l’OFPRA qui a refusé (31/08/06) pour des problèmes de traduction : en effet le compte rendu du procès de M. Yilmaz a été mal traduit par le greffier, puis une version corrigée à été adressée, mais la méfiance des instances françaises étaient alors ancrée. La commission des recours a également rejetée leur demande. (12/04/06). Le ré-examen n’a pas abouti faute d’éléments nouveaux ; il s’agissait pourtant de preuves de leur avocat turque que les persécutions continuent à l’égard de la famille. Un recours à été formé auprès de la CRR et n’a pas encore été instruit.

M. et Mme Yilmaz sont soutenus par de nombreuses personnalités politiques et les associations de la région où ils habitent, la Saône et Loire. (vice président du conseil régional, vice président du conseil général, maire de Gueugnon, présidentdt de la LDH…)

Le 9 Août dernier un APRF leur était signifié, et quelques jours après ils sont arrêtés puis conduits au centre de rétention de Cornebarrieu.

M., Mme et leur enfant de 1 an sont retenus depuis 3 jours. Ces personnes qui souffraient déjà de nombreux traumatismes, violences, emprisonnement, départ précipité du pays… vont maintenant devoir attendre dans ces locaux d’être reconduits dans leur pays, ou leurs vies sont menacées. Des leur arrivée, les difficultés s’annonçaient : pas de couche, pas de lait pour le bébé. M. comme Mme Yilmaz avaient déjà rencontré des médecins car leur santé psychique est fragile.

Cet après- midi, après deux jours de rétention, Mme Yilmaz, a bout de nerf, craque : elle fait une tentative de suicide. Elle est évacuée par les urgences et amenée à l’hôpital de Purpan. Elle doit y passer la nuit, puis être rencontrée par les médecins psychiatres.

Son mari reste en rétention avec la petite. Il se présentera seul à l’audience devant le Juge des Libertés et de la Détention demain, vendredi 1er septembre à 10h.

Cette audience est publique et se tient dans la salle destinée à cet effet, dans l’enceinte même du Centre de rétention. Nous appelons toutes celles et tous ceux qui le peuvent à vernir assister M. Yilmaz dans cette étape importante de la procédure de reconduite.


Sur le Web : http://

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois