UNE FAMILLE MENACEE DANS L’AVEYRON

samedi 13 octobre 2007

Édik et Yana sont nés en Azerbaïdjan mais sont d’origine arménienne. À la fin des années 80, ils fuient leur pays pour aller en Russie où ils sont menacés d’expulsion en 2005. Ils arrivent alors à Onet-le-Château (Aveyron) et demandent l’asile politique, refusé en août 2006. Puis leur recours est rejeté en juin dernier. Le couple, autorisé à rester en France jusqu’au 22 juillet, demande donc au préfet une autorisation exceptionnelle de séjour. Il va même jusqu’à fournir des éléments d’intégration, dont une promesse d’embauche pour Édik. Mais la procédure d’instruction du dossier est longue et le visa expire. Édik et Yana attendent mais sans la moindre nouvelle de la préfecture.

Le 3 octobre, le couple, qui vivait avec leur fils de 3 ans au foyer des jeunes travailleurs d’Onet-le- Château, est convoqué au Commissariat de Police de Rodez à la suite d’un contrôle. Ils sont ainsi séparés de leur petit garçon pour 24 heures de garde à vue à l’issue de laquelle la Préfecture de l’Aveyron indique qu’Édik et Yana allaient « faire l’objet d’une reconduite à la frontière ». La famille regroupée est alors transportée sur le centre de rétention administrative de Toulouse.

Mardi 9 octobre, le tribunal administratif de Toulouse, dans le cadre d’une procédure d’urgence, a annulé le placement en centre de rétention d’Édik, de son épouse Yana et de leur petit garçon âgé de trois ans. La décision a été accueillie avec soulagement par toutes les personnes qui se sont mobilisées en faveur d’une famille menacée d’expulsion. Mais rien n’est encore réglé. Le magistrat a estimé que la procédure préfectorale n’était pas conforme à la loi. « C’est la preuve que la pression du gouvernement sur les préfets afin qu’ils fassent du chiffre en matière de reconduite à la frontière n’est pas la bonne façon de faire puisqu’il y a de plus en plus de procédures cassées », note un des défenseurs des trois réfugiés.

Aujourd’hui, la balle reste dans le camp du préfet. Ce dernier peut signifier à Édik et les siens une obligation de quitter le territoire français (OQTF) qui leur laisse un mois pour préparer leur départ. Mais il peut aussi décider de réexaminer leur demande de séjour.

Nous, parents d’élèves, enseignants et habitants du quartier et d’ailleurs, citoyens attachés à la défense des droits de l’homme demandons à la préfecture de bien vouloir réexaminer avec bienveillance, la situation de cette famille afin de lui accorder un titre de séjour pour qu’ils puissent vivre, travailler et étudier enfin dignement parmi nous.

Faisons connaître et grandir la solidarité autour de cette famille !


Agenda

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123

Brèves

18 décembre 2018 - Rassemblement de soutien à la Case de santé

A 14 heures, jeudi 20 décembre voir l’appel dans les articles

3 décembre 2018 - DES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET LEURS ENFANTS A LA RUE LA MOBILISATION CONTINUE !

Communiqué de Presse Du collectif « Le camp des femmes » Femmes unies, toutes à l’abri ! DES (...)

3 décembre 2018 - Hébergement d’urgence, mobilisation le 4 décembre !

A l’appel de nombreuses associations, manifestation à 14 heures

26 novembre 2018 - appel à soutien

APPEL A SOUTIEN Madame Héléna T ,dont les deux enfants sont scolarisés à l’école Jean Jaurès et (...)

21 novembre 2018 -  Quelle part assure l’Europe dans l’accueil des migrant-es ?

La LDH de Toulouse vous invite à une réunion-débat qu’elle organise à l’occasion de sa réunion de (...)