LE CERCLE DES VOISINS DU CENTRE DE RETENTION ADMINISTRATIVE DE CORNEBARRIEU (31)

lundi 27 octobre 2008

Un petit groupe de citoyens, environ une dizaine, a décidé au printemps 2008 de dire non au Centre de Rétention Administrative, implanté au voisinage de leur domicile sur les pistes d’un aéroport international, où se côtoient en toute quiétude, hommes d’affaires et touristes détendus.

Comment rester silencieux à côté d’un centre d’enfermement de personnes innocentes ? Comment ne rien faire ou ne rien dire quand on comprend la politique répressive contre l’immigration, qui est derrière ces endroits carcéraux ?

Tandis que le Ministère de l’Immigration de l’Identité Nationale et du Co-Développement fixe des objectifs de reconduite à la frontière et renforce les prérogatives de la police des airs et des frontières (PAF), des citoyens blagnacais et des environs, sans moyens mais pas sans énergie, se réapproprient la question des « sans papiers ».

Nous avons décidé de dire, d’informer, de parler partout où cela est possible (lieux publics, marchés, rues, places, cours, trottoirs, radios, journaux) sur ce C.R.A. et la politique de persécution des étrangers « illégaux ». Nous parlerons et nous nous exprimerons publiquement tant que la honte ne nous aura pas quittée et que nous pourrons sereinement être fiers d’appartenir à un pays, qui fait depuis toujours des droits de l’homme l’une de ses principales fondations démocratiques.

Jusque-là, tous les témoignages concernant les personnes internées (familles, enfants, célibataires, personnes isolées) et leurs procès dans les tribunaux seront rapportés sur la place publique. Il faut que les citoyens sachent ce qui se passe derrière les murs du C.R.A. de Cornebarrieu : nous nous en chargerons aux côtés d’autres partenaires engagés sur cette même cause.

Il faut également que tous les élus locaux se positionnent sur ce lieu de la honte, situé au cœur d’une zone industrielle des plus florissantes d’Europe, à portée d’une ville connue partout pour sa culture cosmopolite et marquée à jamais par l’immigration espagnole récente : ils seront interpellés directement.

Notre groupe n’est ni structuré formellement ni conduit par une stratégie et un planning prédéfinis : l’actualité des « sans-papiers », du CRA de Cornebarrieu, des évènements locaux ou des rencontres internationales sont autant de prétextes à l’action d’information, qui est notre principale raison d’être. Mais notre cercle s’agrandit tous les jours et il compte maintenant une vingtaine de membres actifs et une vingtaine de sympathisants à sa périphérie. Nous invitons tous les citoyens, révoltés par l’existence de cette « prison » à lancer des initiatives citoyennes sous toutes les formes possibles, et si besoin nous leur transmettrons notre jeune expérience.

Le temps des persécutions est revenu, aujourd’hui ce sont nos frères qui en sont les victimes demain ce seront nos enfants, ce que nous savons nous ne pouvons le taire.


Si vous souhaitez vous joindre à nous et élargir notre cercle, n’hésitez pas à nous contacter par Internet à l’adresse : cercledesvoisins@gmail.com


Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Brèves

3 décembre - DES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET LEURS ENFANTS A LA RUE LA MOBILISATION CONTINUE !

Communiqué de Presse Du collectif « Le camp des femmes » Femmes unies, toutes à l’abri ! DES (...)

3 décembre - Hébergement d’urgence, mobilisation le 4 décembre !

A l’appel de nombreuses associations, manifestation à 14 heures

26 novembre - appel à soutien

APPEL A SOUTIEN Madame Héléna T ,dont les deux enfants sont scolarisés à l’école Jean Jaurès et (...)

21 novembre -  Quelle part assure l’Europe dans l’accueil des migrant-es ?

La LDH de Toulouse vous invite à une réunion-débat qu’elle organise à l’occasion de sa réunion de (...)

13 octobre 2011 - Gouter de Noël organisé par Resf 31

Le dimanche 11 décembre à partir de 15H au Bikini. Mascartone ! Avec Yann Oliveri Des balles (...)