L’UE déclare la guerre aux migrants et aux réfugiés !

vendredi 14 octobre 2005

Par le réseau Migreurop

Ceuta et Melilla : tribune interassociative publiée dans Libération du 12 octobre 2005

Depuis plusieurs années engagée dans une guerre larvée contre les migrants, l’Union européenne a désormais franchi, à sa frontière sud, le cap de la guerre ouverte. En quelques jours, plus de dix personnes ont été tuées par balle en tentant de franchir la frontière entre le Maroc et les territoires espagnols de Ceuta et de Melilla. Des dizaines d’autres sont très grièvement blessées, et plusieurs centaines ont été déportées et abandonnées, sans eau ni vivres, dans le désert du Sahara. Pour tenter d’endiguer « l’invasion » de ceux qui ne sont désignés que comme des « clandestins », des murs de plus en plus haut sont érigés, des dispositifs de plus en plus sophistiqués sont mis en place pour protéger de l’ennemi subsaharien ces îlots d’Europe en terre africaine.

Si les balles sont tirées par la police marocaine, c’est bien l’UE qui fournit les armes. Un partage des tâches imposé par l’Europe, dans le cadre de l’externalisation de sa politique migratoire, qui consiste à faire prendre en charge par ses voisins proches ­ au sud, les pays du Maghreb, la Mauritanie et la Libye ­ la protection de ses frontières. Les migrants sont les otages de cette sous-traitance de la violence. Pratiquant une ouverture sélective, réservée à l’immigration « choisie » dont leur économie a besoin, les Etats de l’UE, pour éviter d’avoir à accueillir ceux qu’ils nomment « immigration subie » (les réfugiés, et plus généralement tous ceux qui fuient la misère, les catastrophes environnementales et les conflits), sont prêts à tous les reniements. Par exemple à décréter « sûr » un pays comme la Libye, où la détention arbitraire d’étrangers, les expulsions de masse et les maltraitances sont monnaie courante, afin de pouvoir y refouler par charters entiers les boat-people échoués sur Lampedusa, comme le fait régulièrement l’Italie. Ou encore à transformer le Maroc en véritable nasse où sont retenus, sous la menace de la répression policière et dans des conditions infrahumaines, des milliers d’Africains en transit, sans se préoccuper du sort de ceux qui auraient besoin de protection internationale.

De l’autre côté, les pays qui constituent cette zone tampon dont l’Europe a besoin savent faire monter les enchères. En laissant au moment propice les exilés rejoindre la Sicile depuis ses côtes, la Libye a su négocier la levée de l’embargo sur les armes, la construction de plusieurs camps de migrants sur son sol et un engagement financier de l’UE pour protéger ses frontières au sud. Aujourd’hui, en instrumentalisant le désespoir des Subsahariens par la diffusion d’images spectaculaire des « assauts » contre les remparts des enclaves espagnoles, le Maroc fait pression sur ses partenaires du Nord pour obtenir une aide accrue de l’Europe. Méthode efficace : moins d’une semaine après les premiers tirs dont cinq migrants ont été victimes à Ceuta, le commissaire européen Frattini promettait 40 millions d’euros à Rabat pour soutenir les efforts du pays dans sa lutte contre l’immigration clandestine.

Alors que les instances des Nations unies en appellent (timidement) aux principes, par la voix de Kofi Annan, qui recommande à l’UE « plus d’humanité » dans le traitement des migrants, et celle du haut-commissaire aux réfugiés (HCR), qui invoque le respect des conventions internationales, la Commission européenne persiste dans l’hypocrisie et s’apprête à militariser un peu plus sa politique d’asile et d’immigration. Si plus de 6 500 personnes sont mortes ces dix dernières années en tentant de franchir les frontières maritimes et terrestres entre le Maroc et l’Espagne, ce serait, nous explique-t-on, par manque de coordination et d’intégration de ces politiques. Pour y remédier, il est prévu d’« approfondir le partenariat euro-méditerranéen », autrement dit de renforcer les dispositifs opérationnels aux frontières, de multiplier les patrouilles policières, de surélever les murs et de creuser plus de fossés. Il s’agit de rendre la forteresse tout à la fois « infranchissable » et « inoffensive » pour ceux qui cherchent à échapper aux conséquences les plus néfastes des déséquilibres Nord-Sud. On pensait que le mythe de la guerre propre avait vécu, mais il n’en est rien quand il s’agit d’occulter les conséquences macabres d’une politique présentée comme visant à protéger d’eux-mêmes les migrants et candidats à l’asile.

Craignant que les violations répétées des droits de l’homme ne finissent par alarmer, les Etats européens cherchent parallèlement à repousser toujours plus loin les frontières de leur violence institutionnelle. Dans la ligne de la Commission européenne qui préconise le partenariat avec les Etats frontaliers pour la création de « zones de protection régionales » pour les exilés, le ministre français de l’Intérieur a proposé une cogestion tripartite (Libye-UE-HCR) de camps de réfugiés dans le désert saharien. Le tri des candidats à l’asile ou à l’immigration pourrait ainsi se faire très en amont des frontières européennes, loin des regards des opinions publiques et des médias.

Plutôt que de s’appuyer sur les droits fondamentaux pour oeuvrer à « l’insertion harmonieuse des pays en développement dans l’économie mondiale », comme le prévoit leur traité fondateur, les Etats de l’UE ont choisi de les contourner pour se protéger des plus pauvres. Les morts de Ceuta et Melilla sont ainsi les victimes emblématiques d’une Europe gérant les rapports Nord-Sud dans une perspective essentiellement utilitariste, reniant les valeurs qu’elle déclare « universelles », et confiant, derrière le nouveau mur de la honte, le sort de milliers de personnes au désert du Sahara.

* Abderrahmane Essaadi (Federación Andalucia Acoge, Espagne), Nathalie Ferré (Gisti, France), Laurent Giovannoni (Cimade, France), Khalil Jemmah (AFVIC, Maroc), Rafael Lara (APDHA, Espagne), Filippo Miraglia (Arci, Italie), Said Tbel (AMDH, Maroc), Dan Van Raemdonck (Ligue des droits de l’homme, Belgique) www.migreurop.org


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Brèves

2 novembre 2009 - Rassemblement de soutien à Mansour lundi 2/11

Mansour M., étudiant au DEFLE de l’université Toulouse Le Mirail, algérien, vient (...)

22 mars 2009 - Rassemblement pour Abdel

Abdel est passé au TGI Samedi 21 Mars 2009 devant le juge des libertés et de la détention. Il (...)

20 mars 2009 - Un militant syndicaliste arrêté et menacé d’expulsion

Mercredi 18 mars, Abdel El Idrissi, militant syndicaliste de 24 ans, aux alentours de 22h, (...)

20 mars 2009 - La course aux chiffres continue :17 Marocains arrêtés en rentrant chez eux

Cimade - Communiqué de presse - 20 mars 2009 Le zèle de la police aux frontière (PAF) des (...)

26 janvier 2009 - Réunion publique du Comité Empalot Solidaire des Sans-Papiers

Samedi 31 janvier 2009 à 15 heures à La Maison Bleue – Empalot Après plus de deux années (...)