4 septembre, journée d’action dans les écoles ! Amina et sa famille sont sorties du centre de rétention !

samedi 2 septembre 2006

Communiqué de RESF31 : « A la prochaine rentrée scolaire, pas une seule chaise de classe ne doit rester vide ! »

Le Réseau Education Sans Frontières s’y était engagé avec force. Depuis, les premières réponses aux demandes de régularisation par le biais de la « circulaire Sarkozy » arrivent les unes après les autres. Les directives du Ministre de l’intérieur ont permis aux préfectures de rejeter de très nombreuses demandes. De plus, à Toulouse, certaines familles ont déjà reçu des Arrêtés de Reconduite à la Frontière et la police s’est présentée à plusieurs reprises dans les hôtels de Toulouse cette semaine, cherchant deux familles en particulier. Ainsi, la famille Meliki a été courageusement reconduite dans la précipitation le 19 août sans que personne n’ait pu intervenir.

La rentrée scolaire s’effectuera le 4 Septembre et le Réseau Education Sans Frontières 31 demande à toutes les familles d’amener leurs enfants à l’école.

Dans le même temps, une délégation RESF ira, accompagnée d’élu-e-s municipaux et de Conseillers régionaux, constater que la rentrée scolaire se passe bien pour tous les enfants de la ville, y compris ceux que le gouvernement veut expulser.

Le RESF à invité tous ses membres et tous les citoyens désirant soutenir cette lutte à être présents à cette occasion ; il demandé également aux marraines et aux parrains qui le peuvent d’accompagner les enfants et les familles à cette rentrée des classes.

La délégation d’élus sera présente et le Réseau marquera sa présence à

8h 30 à l’école maternelle Matabiau 40, rue Matabiau

8h 45 à l’école Monge 12, rue Soult

9h 30 à l’école du Nord 13, boulevard Arcole

10h 15 à l‘école Bénezet 11h à l’école Curie 36, rue de la Jeunesse

11h 30 A l’école Michoun 2, impasse Gabriel Lippman

Ainsi qu’à

9h au lycée Gabriel Peri 30, rue Gabriel Peri

14 h Au lycée Bellevue 135, route de Narbonne

P.S

RESF 31 organise une conférence de presse

Mardi 5 septembre à 11 heures au Bijou 123, avenue de Muret

Pour faire le bilan de l’été, faire part de son analyse de la situation actuelle, et présenter les actions qu’il compte développer pour les semaines à venir.

En présence de familles, de parrains et marraines et de membres de RESF 31


Après négociations entre les membres de Resf 31 avec les services de la préfecture, Amina et sa famille viennent de quitter le centre de rétention de Cornebarrieu.

La condition mise par la préfecture est qu’ils ne retrouvent pas leur logement au Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile de Sardelis, en accord semble-t-il avec la direction de cet établissement. A cette heure, cette direction parait faire des difficultés à ce que le comité local de soutien à Amina du lycée Bellevue ait accès au logement afin de récupérer un peu de linge et des médicaments pour aider les membres de la famille à engager le quotidien des prochains jours.

La situation administrative de la famille reste identique, son avocat ayant par ailleurs engagé un certain nombre de recours.

Amina et sa famille vont donc rejoindre aujourd’hui les familles sans-papiers logées dans les hôtels, en attente de décision ou dans la crainte quotidienne d’une intervention policière visant à les reconduire à la frontière.

Elle pourra toutefois faire sa rentrée au lycée Bellevue, lundi septembre à 14 heures où elle sera accueillie par le comité local de soutien et les membres de Resf 31 comme nous l’avions prévu.

Considérant l’évolution de la situation, Resf 31 annule l’appel au rassemblement prévu à la préfecture à 18 heures, tout en restant vigilant et mobilisé quant à la situation de cette famille, et de toutes les autres dans la même situation.

P.S

RESF 31 organise une conférence de presse

Mardi 5 septembre à 11 heures au Bijou 123, avenue de Muret

Pour faire le bilan de l’été, faire part de son analyse de la situation actuelle, et présenter les actions qu’il compte développer pour les semaines à venir.

En présence de familles, de parrains et marraines et de membres de RESF 31


Contre l’expulsion d’Amina !

Pour rappel, Amina est une jeune majeure, originaire d’Azerbaïdjan et scolarisée au lycée Bellevue de Toulouse. Suivie par le Réseau Education Sans Frontière, elle a été placée sous la protection symbolique de Salah Amokrane, conseiller municipal Motivé-e-s de Toulouse lors d’une opération de parrainage organisée par RESF le 1er juillet dernier.

Ce matin, vendredi 1er septembre 2006, à trois jours de sa rentrée scolaire, Amina a été interpellée avec ses parents au Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile où ils résidaient. La PAF est revenue une heure plus tard rafler les autres membres de la famille. Tou-te-s ont été placé-e-s en garde à vue au commissariat central de Toulouse. Toute la famille est sous le coup d’un APRF qui peut être mis à exécution à tout moment par une expulsion vers l’Azerbaïdjan.

Dès l’annonce de leur interpellation, le RESF a initié une mobilisation et des interventions auprès du Préfet récemment entré en fonction, afin que la procédure d’expulsion en cours soit interrompue, qu’Amina et sa famille soient remis-es en liberté et leur cas réétudié avec bienveillance de manière à ce que leur situation administrative soit régularisée, et qu’Amina fasse sa rentrée lundi.

Un rassemblement d’une centaine de personnes (enseignant-e-s du lycée Bellevue, membres de RESF, soutiens associatifs et syndicaux, responsables politiques et élu-e-s...) a eu lieu à partir de 13:30 devant la Préfecture. Une délégation, composée de représentant-e-s de RESF, d’une enseignante, du conseiller municipal de Toulouse parrain d’Amina, du conseiller général du secteur du lycée ainsi que du Député-Maire de Ramonville) a été reçu par une représentante du Cabinet du Préfet et la Directrice de la Règlementation et des Libertés.

La délégation a souhaité avoir des informations sur la situation d’Amina et de sa famille, dont nous ne savions rien jusqu’alors malgré nos demandes. Les autorités préfectorales ont également été informées des revendications et de la détermination qui est celle du réseau de maintenir la mobilisation lors de cette rentrée scolaire et du fait que cette interpellation ne peut que la renforcer.

Les autorités préfectorales ont confirmé qu’Amina et sa famille avaient bien été interpellés ce matin et placés en garde à vue. Qu’ils et elles seraient transféré-e-s en centre de rétention. Elles ont informé la délégation qu’elle serait avisé de ce qui va se passer et notamment du placement en centre de rétention.

Nous savons par ailleurs que le centre de rétention de Cornebarrieu (récemment ouvert et qui porte à 140 le nombre de places en rétention contre 60 auparavant) s’apprête à recevoir ce week-end 29 personnes arrêtées et placées en rétention administrative, dont des familles. Ce qui laisse penser qu’Amina et les membres de sa famille seraient placé-e-s au centre de rétention de Toulouse prochainement.

Toutes seraient originaire d’Etat de l’est de l’Europe. Ce qui laisse penser cette fois-ci qu’une opération d’éloignement groupé d’étranger-e-s vers des Etats d’Europe centrale et de l’Est.

Ce type de procédure d’éloignement, dénoncé par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, a pourtant cours de manière régulière. Elle nécessite des rafles ciblées en fonction de leurs nationalités afin de remplir un avion prévu à l’avance.

On a pu avoir connaissance cet été en particulier d’une expulsion massive par charter qui a été organisé au mois de mai contre des Roumain-e-s. L’avion, qui avait initialement embarqué des familles sur Paris, avait fait escale à Toulouse (où l’on avaient procédé des interpellations dans un camp de nomades) pour le compléter avant d’atteindre Bucarest.

A cette heure, Amina et sa famille ont été placés au centre de rétention de Cornebarrieu qui semble attendre d’autres familles pour le week-end !

La mobilisation doit s’amplifier sur Toulouse, et prendre une dimension plus importante lundi, jour de la rentrée.

Alors qu’une tournée des écoles, collèges et lycées était déjà programmée pour lundi avec des membres de RESF, des élu-e-s, des marraines et des parrains, la communauté scolaire du lycée Bellevue informera les élèves et personnels du lycée Bellevue, où Amina est scolairisée, de sa situation.

Un rassemblement de celles et ceux qui refusent ces expulsions est d’ores et déjà appelé :

Lundi 4 septembre 2006 à 18:00

devant la Préfecture, Place St Etienne

Toulouse, le 1er septembre 2006 - 18h30


Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Brèves

3 décembre - DES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET LEURS ENFANTS A LA RUE LA MOBILISATION CONTINUE !

Communiqué de Presse Du collectif « Le camp des femmes » Femmes unies, toutes à l’abri ! DES (...)

3 décembre - Hébergement d’urgence, mobilisation le 4 décembre !

A l’appel de nombreuses associations, manifestation à 14 heures

26 novembre - appel à soutien

APPEL A SOUTIEN Madame Héléna T ,dont les deux enfants sont scolarisés à l’école Jean Jaurès et (...)

21 novembre -  Quelle part assure l’Europe dans l’accueil des migrant-es ?

La LDH de Toulouse vous invite à une réunion-débat qu’elle organise à l’occasion de sa réunion de (...)

13 octobre 2011 - Gouter de Noël organisé par Resf 31

Le dimanche 11 décembre à partir de 15H au Bikini. Mascartone ! Avec Yann Oliveri Des balles (...)