Ecole Benezet : va-t-on les laisser expulser ?

vendredi 6 octobre 2006

CROIX-DE-PIERRE. PETIT DÉJEUNER DE SOLIDARITÉ HIER AUTOUR DE SEPT ENFANTS, ISSUS DE FAMILLES MENACÉES D’EXPULSION.

Katya, Raycho et leur famille sont hébergés encore pour quelques heures à l’hôtel. Burhan, Djemila, leur petit frère et sœur de 2 ans et 9 mois vivent avec leurs parents dans la plus extrême précarité : sans ressources, sans papiers, sans travail, ils n’ont droit à aucune aide. La situation n’est guère mieux pour Néfizé, Mohamed, Mucahit et leurs parents, arrivés en France il y a un peu plus d’un an. Ces sept enfants, âgés de 6 à 12 ans, issus de quatre familles bulgares, kurde et kosovar sont toujours menacés d’expulsion. Une menace qui se précise jour après jour, après que leur demande de régularisation, cet été, ait été rejetée.

Hier matin, l’école annexe Benezet où sont scolarisés ces élèves s’est à nouveau mobilisée. Un petit-déjeuner était dressé à l’entrée des locaux, café chaud, affichettes placardées sur les vitres et banderoles déployées. Des colis alimentaires ont été également déposés. L’équipe enseignante et les parents d’élèves ont souhaité réitérer leur solidarité envers ces familles et en particulier à l’égard de leurs enfants qui sont sur le chemin de l’intégration depuis quelques mois, voire plusieurs années comme Katya.

KATYA, 12 ANS, SCOLARISÉE DEPUIS 4 ANS

Cette fillette de 12 ans, à la longue natte brune, en CM2 depuis la rentrée, scolarisée depuis 4 ans à l’école Benezet parle le français couramment et sert de traductrice à ses proches. « C’est une élève très, très brillante », résume Philippe Hitier, son instit, qui vient bosser tous les jours à l’école « avec la trouille au ventre » de trouver un matin la place de Katya en classe, vide. « Sur le plan administratif, ils ont tous reçu des notifications négatives. On est très inquiets sur l’issue », ajoute Marie, enseignante qui s’occupe de la classe langage pour les primo arrivants, où sont passés ces sept enfants.

Face à cette situation d’urgence, plusieurs parents d’élèves ont pris l’initiative d’héberger quelques-uns de ces enfants chez eux. « On ne pouvait pas rester sans réagir », confie un père de famille, heureux de voir « l’épanouissement personnel très net » depuis plusieurs semaines de son protégé.

Quelques élus se trouvaient aussi sur place hier. « On voit bien qu’on est dans un mouvement toujours populaire », souligne François Simon, conseiller municipal groupe SER qui s’interrogeait « sur ce que fera la Ville de Toulouse si demain ces enfants sont dans la rue ? »

Valérie Sitnikow

La dépeche du 06/20/06


Agenda

<<

2019

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123

Brèves

18 décembre 2018 - Rassemblement de soutien à la Case de santé

A 14 heures, jeudi 20 décembre voir l’appel dans les articles

3 décembre 2018 - DES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET LEURS ENFANTS A LA RUE LA MOBILISATION CONTINUE !

Communiqué de Presse Du collectif « Le camp des femmes » Femmes unies, toutes à l’abri ! DES (...)

3 décembre 2018 - Hébergement d’urgence, mobilisation le 4 décembre !

A l’appel de nombreuses associations, manifestation à 14 heures

26 novembre 2018 - appel à soutien

APPEL A SOUTIEN Madame Héléna T ,dont les deux enfants sont scolarisés à l’école Jean Jaurès et (...)

21 novembre 2018 -  Quelle part assure l’Europe dans l’accueil des migrant-es ?

La LDH de Toulouse vous invite à une réunion-débat qu’elle organise à l’occasion de sa réunion de (...)