Sans-papiers de Lille à Toulouse, la mobilisation continue.

dimanche 19 août 2007

Trois personnes ont été libérées lundi 6 août, six sont toujours en rétention a cornebarieux ( aéroport de Blagnac) et en grève de la fin, depuis 63 jours maintenant. Alors que leur avocat a soulevé des vices dans la procédure, et qu’ils devraient donc à ce titre être relâchés comme l’ont été les autres sans-papiers lillois en grève de la faim qui avaient été envoyés dans d’autres villes (Bordeaux, Rennes...), la préfecture s’entête à les maintenir en rétention alors que leur santé devient de plus en plus préoccupante.

Le RUSF invite toutes les personnes souhaitant se nous mobiliser en solidarité avec eux à une réunion lundi 13 aoûta 19h, au café "Take away", situé sur la place Arnaud Bernard (terrasse sous l’arbre). (vous pourrez nous joindre au 06 06 54 45 59)
- pour s’organiser pour leur apporter ce dont ils ont besoin
- pour organiser la suite de la mobilisation afin que leur grève de la faim ne se fasse pas dans le silence.

merci de relayer l’information, nous vous tiendrons au courant pour la suite de la mobilisation.

Cordialement,

RUSF Mirail.


ci-joint pour plus d’informations l’appel a ressemblement qui avais été fait pour l’audience de lundi dernier.

Vous pouvez aussi consulter le site d’indymédia Lille : lille.indymedia.org


Le réseau universités sans frontières Toulouse dénonce le traitement inhumain infligé aux sans-papiers lillois en grève de la faim, dont neufs ont été transféré hier à Toulouse au centre de rétention administrative de Cornebarrieux, afin de les couper de leur soutiens.

Alors que les sans-papiers lillois de la CSP59 atteignaient leur 47e jour de grève de la faim, et que leur santé deviens de plus en plus préoccupante, mercredi dernier ceux-ci et celles-ci ont été, sur demande du préfet, évacués manu militari par les CRS de la bourse du travail de Lille ou ils et elles s’étaient installé-e-s. Ceux-ci et celles-ci ont par la suite subi un certain nombre de violences de la part de la police : Coups, insultes racistes, privation d’eau (ce qui est très grave lorsqu’on est en grève de la faim)...

La préfecture de Lille semble déterminée à laisser leur santé se détruire à petit feu, allant de déclarations en contradiction, et met tout en place pour casser leur mouvement, notamment le fait de les couper de leurs soutiens : Neufs d’entre eux et elles, de nationalité guinéennes, ont ainsi été déplacés vers Toulouse, au centre de rétention administrative, alors que rien ne justifiait un tel transfert, le centre de rétention de Lille étant presque vide.

Par ailleurs une partie d’entre eux ont sont en demande d’asile, et en tant qu’opposants politiques, seraient gravement menacés s’ils venaient à être reconduits à la frontière.

Par solidarité avec l’ensemble des sans papiers, étudiant-e-s ou non, RUSF Toulouse exige leur libération et leur régularisation immédiate, dénonce le caractère raciste de la politique dite « d’immigration choisie » du gouvernement, ainsi que la tournure inquiétante que prend les exigences de chiffres de reconduites à la frontières, au mépris du droit d’asile et des droits humains fondamentaux.


Sur le Web : http://

Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456